Valorisation

Publication d’un chapitre d’ouvrage par le collectif ROCS

Le collectif ROCS a écrit un chapitre dans l’ouvrage « Étudier les ruralités contemporaines » publié aux Presses Universitaires du Midi dans la collection Ruralités Nord-Sud. Le chapitre s’intitule « Retours dans le Domfrontais. Premiers jalons pour la revisite d’une enquête collective ». Le chapitre rend compte de notre démarche d’enquête collective portant sur les dynamiques sociales dans le Domfrontais.

Cette enquête s’inscrit dans le prolongement des études menées en géographie sociale par les membres fondateurs de notre UMR ESO 6590 au sein de l’Action Thématique Programmée (ATP) sur l’Observation du Changement Social et Culturel des années 1970. Par cette enquête, nous manifestons notre intérêt pour l’étude « du changement social dans les campagnes, l’articulation du local et du global, l’interface du rural et de l’urbain », dans une perspective de ce que Bernard Kayser appelait l’analyse « stratégique » : celle du « jeu des acteurs, des conflits latents ou ouverts, des habitants locaux, des agents extérieurs » (Kayser, 1989).

Selon l’Atlas des campagnes de l’Ouest (Margetic et al. 2013), le Domfrontais appartient, du point de vue socioprofessionnel aux « mondes ruraux où les ouvriers sont de plus en plus présents (36% en 2007) ». Les travaux rassemblés dans cet atlas ont permis de quantifier ces dynamiques pour Domfront. Nous approfondissons la réflexion via une démarche monographique construite autour d’une enquête qualitative fondée sur des travaux antérieurs, pour une lecture diachronique des transformations sociales à l’œuvre dans cet espace. Réinvestir un ancien « terrain » ATP sous la forme d’une enquête collective nous permet une « mise en commun contemporaine des données » (Laferté, 2014). Ces orientations nous semblent particulièrement pertinentes : elles engagent dans une même démarche l’étude des « transformations qui affectent directement le quotidien des classes populaires », l’exploration empirique « des modes d’organisation de la vie quotidienne » (Collectif Rosa Bonheur, 2014) et nous placent dans la perspective d’analyse des espaces sociaux localisés (Laferté, 2014). La surreprésentation des classes populaires dans les campagnes et les bourgs ruraux (Mischi, 2013; Laferté, 2014; Collectif Rosa Bonheur, 2014), nous a conduit à enquêter certaines de leurs fractions, sur leurs lieux de travail (usine agro-alimentaire) ou à leur domicile (logements collectifs ou individuels).

Domfront a connu une industrialisation tardive, contrairement aux bourgs ruraux voisins qui semblent avoir mieux résisté à la crise industrielle (Flers, Tinchebray). Nous mettons en évidence les spécificités du Domfrontais, postulant l’existence d’un type particulier d’espace social localisé. Nous exposerons les positions sociales des habitants qui expliquent selon nous davantage l’appropriation de l’espace et de ses usages. L’approche en termes de classes sociales sous-tend une attention privilégiée aux tensions et jeux de pouvoir exprimés comme autant d’expressions concrètes de transformations globales observées au niveau local (Rosa Bonheur, 2014).

Pour plus d’informations : https://pum.univ-tlse2.fr/~Etudier-les-ruralites~.html#

Séance hors-les-murs du Pôle rural de la MRSH de Caen

16 mai 2017 – Crèvecoeur-en-Auge

Le 16 mai 2017, au château de Crèvecœur-en-Auge, nous communiquions dans le cadre du séminaire du Pôle Rural de l’université de Caen Normandie, lors d’une séance consacrée à la place du patrimoine dans les sociétés rurales. À cette occasion, nous présentions une réflexion sur les opérations de labellisation du patrimoine accompagnant les recompositions socio-territoriales dans le Domfrontais.

Au point de départ de ce travail, nous avons présenté les ressources valorisées par le Parc Naturel Régional Normandie-Maine : les aménités paysagères du Domfrontais (la fosse Arthour notamment),  le patrimoine historique avec la cité médiévale de Domfront, le bâti de villages ordinaires (colombages dans le pays du Passais) mais aussi un produit gastronomique (l’appellation d’origine protégée – AOP – Poiré du Domfrontais). Après ce cadrage général, nous avons présenté les différentes étapes de cette politique de mise en valeur d’éléments du patrimoine à des fins touristiques et récréatives. Pour ce faire, nous avons pris l’exemple de la valorisation du patrimoine bâti médiéval de la cité domfrontaise dans le cadre d’événements comme les Médiévales et les Hastingales.

Notre propos a ensuite été consacré à l’articulation de cette politique de mise en valeur du patrimoine à celle des recompositions territoriales (créations de communes nouvelles et modifications d’intercommunalités). Ces recompositions sont l’occasion pour les élus de mettre en valeur le patrimoine local, comme en témoigne l’utilisation de toponymes relatifs au terroir et à la gastronomie (exemple : Domfront-en-Poiraie) ou aux paysages « naturels » du Domfrontais (exemple : Les Monts d’Andaines). L’analyse des recompositions territoriales des communes dans l’Orne, liées à la loi NOTRe, nous permet de dégager deux pôles majeurs : le bocage ornais et le Perche. Plusieurs démarches de labellisation sont engagées dans ces deux pôles : Bellême, Domfront-en-Poiraie et Longny-les-Villages sont, par exemple, toutes trois labellisées Petites Cités de Caractère.

Par ailleurs, on peut identifier un développement local du cyclotourisme par la mise en place d’un réseau de voies vertes reliant les communes de ces deux pôles, et l’accueil en août 2017 de la semaine fédérale des cyclotouristes dans le Perche. A l’intersection de la loscénie et de la lofrancette, Domfront-en-Poiraie bénéficie aussi du label Ville et Territoire Vélotouristiques.

À l’occasion de ces labellisations, nous avons pu observer que les élus des deux pôles fonctionnent en réseaux. À Domfront-en-Poiraie, cette labellisation est portée à la fois par des élus de la majorité et de l’opposition, notamment des élues municipales multi-positionnées d’un point de vue politique, associatif et professionnel. Elles portent ces projets de labellisation à l’échelle communale mais aussi dans le cadre d’une démarche entrepreneuriale, avec le label Accueil Paysan pour l’activité agricole par exemple. D’ailleurs, la localisation des fermes labellisées Accueil Paysan dans l’Orne reprend justement l’organisation en réseaux des pôles domfrontais et percheron, bénéficiant entre autres des flux de cyclotouristes.

Les réformes gouvernementales conduisant au gel de nombreux contrats aidés pointent l’actualité de ces enjeux. Avec le surcoût de 131 000 euros pour palier le désengagement de l’État, la commune de Saint-Fraimbault redoute de ne pouvoir renouveler l’embauche de sept employés en contrats aidés du service des espaces verts. Le risque serait de perdre une ou plusieurs des quatre fleurs dont la commune bénéficie au titre du label Village Fleuri (Ouest-France, 24 octobre 2017), label qui contribue à l’attractivité touristique de la commune et de ses environs.


Atelier Espaces & Sociétés

12 septembre 2016 – Caen


25 ans de dynamiques rurales

du 23 au 27 mai 2016 – Toulouse

Retours dans le Domfrontais

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search