Publication de notre chapitre d’ouvrage

 

Le collectif ROCS a écrit un chapitre dans l’ouvrage « Étudier les ruralités contemporaines » publié aux Presses Universitaires du Midi dans la collection Ruralités Nord-Sud. Le chapitre s’intitule « Retours dans le Domfrontais. Premiers jalons pour la revisite d’une enquête collective ». Le chapitre rend compte de notre démarche d’enquête collective portant sur les dynamiques sociales dans le Domfrontais.

Cette enquête s’inscrit dans le prolongement des études menées en géographie sociale par les membres fondateurs de notre UMR ESO 6590 au sein de l’Action Thématique Programmée (ATP) sur l’Observation du Changement Social et Culturel des années 1970. Par cette enquête, nous manifestons notre intérêt pour l’étude « du changement social dans les campagnes, l’articulation du local et du global, l’interface du rural et de l’urbain », dans une perspective de ce que Bernard Kayser appelait l’analyse « stratégique » : celle du « jeu des acteurs, des conflits latents ou ouverts, des habitants locaux, des agents extérieurs » (Kayser, 1989).

Selon l’Atlas des campagnes de l’Ouest (Margetic et al. 2013), le Domfrontais appartient, du point de vue socioprofessionnel aux « mondes ruraux où les ouvriers sont de plus en plus présents (36% en 2007) ». Les travaux rassemblés dans cet atlas ont permis de quantifier ces dynamiques pour Domfront. Nous approfondissons la réflexion via une démarche monographique construite autour d’une enquête qualitative fondée sur des travaux antérieurs, pour une lecture diachronique des transformations sociales à l’œuvre dans cet espace. Réinvestir un ancien « terrain » ATP sous la forme d’une enquête collective nous permet une « mise en commun contemporaine des données » (Laferté, 2014). Ces orientations nous semblent particulièrement pertinentes : elles engagent dans une même démarche l’étude des « transformations qui affectent directement le quotidien des classes populaires », l’exploration empirique « des modes d’organisation de la vie quotidienne » (Collectif Rosa Bonheur, 2014) et nous placent dans la perspective d’analyse des espaces sociaux localisés (Laferté, 2014). La surreprésentation des classes populaires dans les campagnes et les bourgs ruraux (Mischi, 2013; Laferté, 2014; Collectif Rosa Bonheur, 2014), nous a conduit à enquêter certaines de leurs fractions, sur leurs lieux de travail (usine agro-alimentaire) ou à leur domicile (logements collectifs ou individuels).

Domfront a connu une industrialisation tardive, contrairement aux bourgs ruraux voisins qui semblent avoir mieux résisté à la crise industrielle (Flers, Tinchebray). Nous mettons en évidence les spécificités du Domfrontais, postulant l’existence d’un type particulier d’espace social localisé. Nous exposerons les positions sociales des habitants qui expliquent selon nous davantage l’appropriation de l’espace et de ses usages. L’approche en termes de classes sociales sous-tend une attention privilégiée aux tensions et jeux de pouvoir exprimés comme autant d’expressions concrètes de transformations globales observées au niveau local (Rosa Bonheur, 2014).

Pour plus d’informations : https://pum.univ-tlse2.fr/~Etudier-les-ruralites~.html#


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.