Revisite de l’Observatoire du changement social

Il y a trente-cinq ans, une équipe de recherche composée de géographes, sociologues et linguistes de l’université de Caen répondait à l’appel du CNRS de construire des observatoires du changement social et culturel en France (programmes ATP).

Les chercheurs caennais choisirent trois espaces laboratoires des transformations sociales : le plateau de Mondeville dans l’agglomération de Caen, la région de Saint-Lô et le Domfrontais, dans l’Orne.

Dans cette dernière région, l’installation d’industries manufacturières (Moulinex, Lurem) et agro-alimentaires (Lactalis) dans les années 1960 entraina une rupture considérable dans l’organisation de la société locale. Les emplois offerts ; emplois peu ou pas qualifiés mais correctement rémunérés et moins contraignants que le travail de la terre, vont attirer une partie importante des fils et filles d’agriculteurs qui ne souhaitent ou ne peuvent pas reprendre la ferme familiale. Ces transformations économiques s’accompagnèrent d’une recomposition complexe des identités socio-professionnelles et des pratiques de l’espace local qui furent les objets d’étude de l’équipe caennaise.

Trente-cinq ans plus tard, que sont devenus ces anciens paysans devenus ouvriers ? Quelles trajectoires sociales ont suivi leurs enfants ? Quelles formes prend l’action publique dans un contexte de désindustrialisation rapide et massive ?DSC_1013

Constitués en collectif de recherche à l’automne 2015, nous souhaitons construire une analyse du changement social dans les campagnes, par l’articulation entre le local et le global, dans une perspective de ce que Bernard Kayser appelait l’analyse « stratégique » : celle du « jeu des acteurs, des conflits latents ou ouverts, des habitants locaux, des agents extérieurs ».

Dans une démarche qui se veut inductive, nous avons mené des entretiens compréhensifs avec l’objectif d’esquisser dans un premier temps les trajectoires sociales des enquêtés (âge, origine, lieu d’habitation, lieu et type de travail, activités de loisirs et participation à la vie locale), l’évolution de la vie à Domfront et l’avenir de cette dernière.

Nous souhaitons, au travers de cette démarche, nous inscrire dans une autre dynamique : revisiter ensemble une enquête collective. Cette ambition, outre les risques qu’elle comporte, est marquée du sceau de l’utopie qui consiste à contribuer autrement à la production scientifique, en nous efforçant de ne pas suivre les orthodoxies du moment. Notre collectif, composé de doctorant.e.s financé.e.s ou non, de maîtres de conférences et de professeurs en géographie sociale cherche ainsi à produire une recherche qui soit la plus horizontale et la plus accessible que possible.